L'auteur



  BOLLE STEPHANE 

Stéphane BOLLE

Maître de conférences
HDR en droit public
Université Paul Valéry - Montpellier III 
 

RSS

  • Flux RSS des articles

Rubriques

Contribuez

 

Cliquez ici pour participer

Recommandez

Lundi 6 juillet 2009 1 06 /07 /Juil /2009 09:57
- Publié dans : Niger
Par Stéphane Bolle



Que reste-t-il aujourd’hui de la
Constitution du Niger du 9 août 1999 ?

Invoquée à tout va par les protagonistes d’une crise constitutionnelle qui n’a cessé de s’aggraver, la loi fondamentale est en péril. Manipulée, défigurée, son sort dépend irrémédiablement de l’issue d’une bataille politique. Si les oppositions « légalistes » au Président Tandja sortaient vainqueurs, elles devraient faire face à une situation inédite et manqueraient de moyens légaux pour la régler, avant l’installation de la nouvelle Assemblée Nationale succédant à celle qui a été légalement dissoute. Si le Président Mamadou Tandja l’emportait, sa victoire consacrerait un changement de légalité, le passage de la V° à la VI° République serait consommé et, par conséquent, la Constitution du Niger du 9 août 1999 succomberait aux assauts répétés dont elle a fait et fait l’objet depuis des semaines. 

 
Lire la suite ICI

 

Stéphane BOLLE

Maître de conférences HDR en droit public

http://www.la-constitution-en-afrique.org/

Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires Récents

Recherchez

Classé

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés