Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Site Unique

  • : LA CONSTITUTION EN AFRIQUE
  • LA CONSTITUTION EN AFRIQUE
  • : LA CONSTITUTION EN AFRIQUE est un espace d’expression, de réflexion et d’échanges dédié au(x) droit(s) constitutionnel(s) en mutation dans cette partie du monde
  • Contact

L'auteur



  BOLLE STEPHANE 

Stéphane BOLLE

Maître de conférences
HDR en droit public
Université Paul Valéry - Montpellier III 
 

Recherchez

Contribuez

 

Cliquez ici pour participer

BIENVENUE

La Constitution en Afrique est un espace d'expression, de réflexion et d'échanges dédié au(x) droit(s) constitutionnel(s) en mutation dans cette partie du monde.
Ce site propose un regard différent sur l'actualité constitutionnelle foisonnante des pays africains. Il ne s'agit pas de singer les gazettes ou les libelles, de s'abîmer dans une lecture partisane des constitutions, des révisions, des pratiques et des jurisprudences. Sans angélisme ni scepticisme, il urge d'analyser, en constitutionnaliste, une actualité constitutionnelle largement méconnue et passablement déformée.
La Constitution en Afrique se conçoit comme l'un des vecteurs du renouvellement doctrinal qu'imposent les changements à l'œuvre depuis la décennie 1990. La chose constitutionnelle a acquis dans la région une importance inédite. Il faut changer de paradigme pour la rendre intelligible ! C'est d'abord au constitutionnaliste de jauger le constitutionnalisme africain contemporain, ses échecs - toujours attestés -, ses succès - trop souvent négligés. Sans verser ni dans la science politique, ni dans un positivisme aveugle, le constitutionnaliste peut et doit décrypter la vie constitutionnelle, en faisant le meilleur usage des outils de la science actuelle du droit.
La Constitution en Afrique est enfin un forum, un lieu ouvert à la participation des chercheurs débutants ou confirmés qui souhaitent confronter leurs points de vue. N'hésitez pas à enrichir ce site de commentaires, de réactions aux notes d'actualité ou de lecture, de billets ou de documents. Vos contributions sont attendues.

Au plaisir d'échanger avec vous

 

 

Stéphane BOLLE
Maître de conférences HDR en droit public
Université Paul Valéry - Montpellier III

 

7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 15:30

 Gbagbo Côte d'ivoire 2010



Les élections générales – qui n’ont de cesse d’être reportées depuis 2005 - sortiront la Côte d’Ivoire de la crise, mais ne suffiront pas à « consacrer l’entrée [des ivoiriens] dans la démocratie, pour bâtir la paix et construire la prospérité ». Telle est la conviction exprimée par le Président Laurent Gbagbo, à l’occasion de son message de vœux à la Nation pour 2010 .

Le Chef de l’Etat a soutenu que les élections de 2010 « ouvriront la voie à une révision » de la Constitution du 1er août 2000. Le contenu et la portée de la déclaration méritent quelques observations, à la lumière de l’histoire constitutionnelle, des usages de la Constitution, de la jurisprudence du Conseil Constitutionnel, ainsi que du discours du Président candidat du 29 décembre 2009 sur son livre-programme.

 

Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Bolle - dans Côte d'Ivoire
commenter cet article

commentaires

MEL P 11/02/2010 12:30


C'est intéressant. la question mérite d'être posée de savoir qui chef de l'Etat ou du candidat parle pour savoir ce qu'il en sera. "La bonne foi étant la chose la mieux partagée en
politique" attendons de voir. je peux simplement ajouter que le PR Gbagbo s'était engagé à la fin du forum pour la
réconciliation nationale de 2001 à mettre en place une commission de juriste pour réflechir sur la révision de cette même disposition et au-delà (éventuellement d'autres dispositions), mais la
guerre est venue tout remettre en cause (Helas !!!). le fera-t-il une fois élu? on en saura plus au moment si un mandat lui est accordé par l'élection. je voudrais seulement rappeler
qu'aujourd'hui, l'effort doit être fait -d'autant que de nombreuses études existent sur le sujet - de ne pas faire cet amalgame - même pour rire - entre ivoirité et éligibilité, et par conséquent
avec l'art. 35 de la constitution. votre commentateur a proposé un texte publié à la Revue juridique et Politique des Etats d'afrique francophone de septembre 2008: "De l'amalgame ivoirité-identité
nationale ivoirienne".


Stéphane Bolle 12/02/2010 08:56


Je vous remercie pour ces précisions.
C'est avec intérêt que je prendrai connaissance de votre article, si vous me le faîtes parvenir ou si je le trouve en bibliothèque. Je comprends qu'à votre sens je m'abîme dans l'amalgame que vous
mettez à l'index.
Je puis simplement préciser qu'à ce stade de ma réflexion je considère que l'article 35 de la Constitution de 2000 contient l'une des traductions juridiques de "l'ivoirité", en réservant la
compétition présidentielle non pas aux ivoiriens mais aux ivoiriens d'origine nés de père et de mère eux-mêmes ivoiriens d'origine. C'est dire que certains ivoiriens sont victimes d'un ostracisme
constitutionnel - d'une définition draconienne de l'éligibilité à la présidence - et que l'on sort du cadre de la condition classique de nationalité.
Je vous remercie d'alimenter la discussion.


Classé

Rubriques