Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Site Unique

  • : LA CONSTITUTION EN AFRIQUE
  • LA CONSTITUTION EN AFRIQUE
  • : LA CONSTITUTION EN AFRIQUE est un espace d’expression, de réflexion et d’échanges dédié au(x) droit(s) constitutionnel(s) en mutation dans cette partie du monde
  • Contact

L'auteur



  BOLLE STEPHANE 

Stéphane BOLLE

Maître de conférences
HDR en droit public
Université Paul Valéry - Montpellier III 
 

Recherchez

Contribuez

 

Cliquez ici pour participer

BIENVENUE

La Constitution en Afrique est un espace d'expression, de réflexion et d'échanges dédié au(x) droit(s) constitutionnel(s) en mutation dans cette partie du monde.
Ce site propose un regard différent sur l'actualité constitutionnelle foisonnante des pays africains. Il ne s'agit pas de singer les gazettes ou les libelles, de s'abîmer dans une lecture partisane des constitutions, des révisions, des pratiques et des jurisprudences. Sans angélisme ni scepticisme, il urge d'analyser, en constitutionnaliste, une actualité constitutionnelle largement méconnue et passablement déformée.
La Constitution en Afrique se conçoit comme l'un des vecteurs du renouvellement doctrinal qu'imposent les changements à l'œuvre depuis la décennie 1990. La chose constitutionnelle a acquis dans la région une importance inédite. Il faut changer de paradigme pour la rendre intelligible ! C'est d'abord au constitutionnaliste de jauger le constitutionnalisme africain contemporain, ses échecs - toujours attestés -, ses succès - trop souvent négligés. Sans verser ni dans la science politique, ni dans un positivisme aveugle, le constitutionnaliste peut et doit décrypter la vie constitutionnelle, en faisant le meilleur usage des outils de la science actuelle du droit.
La Constitution en Afrique est enfin un forum, un lieu ouvert à la participation des chercheurs débutants ou confirmés qui souhaitent confronter leurs points de vue. N'hésitez pas à enrichir ce site de commentaires, de réactions aux notes d'actualité ou de lecture, de billets ou de documents. Vos contributions sont attendues.

Au plaisir d'échanger avec vous

 

 

Stéphane BOLLE
Maître de conférences HDR en droit public
Université Paul Valéry - Montpellier III

 

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 14:36

Niger siege CC

 

 

L’histoire retiendra qu’en 2011, année électorale chargée en Afrique, le Niger s’est distingué : l’élection des députés de l’Assemblée Nationale, le 31 janvier, et l’élection du premier Président de la VII° République, les 31 janvier et 12 mars ont été exemplaires.

 

Le Conseil Constitutionnel de Transition a grandement contribué à ce succès. Comptable de l’expression libre et inaltérée du suffrage universel, il lui appartenait de donner ou non force de vérité légale à tout ou partie du recensement administratif des voix effectué par la CENI. Manifestement, le Conseil Constitutionnel de Transition a su user, avec rigueur et prudence, de son redoutable pouvoir de réformer, au travers d’annulations ciblées et motivées, les résultats provisoires.

 

Pour vous en assurer, lisez avec attention :

 

·        l'Arrêt n° 009/11/CCT/ME du 17 mars 2011

·        l'Arrêt n° 006/11/CCT/ME du 22 février 2011

·        l'Arrêt n° 012/11/CCT/ME du 1er avril 2011

 

Ces remarquables arrêts sont, me semble-t-il, de nature à inspirer confiance aux électeurs et compétiteurs de bonne foi dans une démocratie émergente. Qu’en pensez-vous ?

 

 

Stéphane Bolle

Maître de conférences HDR en droit public

http://www.la-constitution-en-afrique.org/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Bolle - dans Niger
commenter cet article

commentaires

Nino 06/04/2011 01:39



Bonjour Stephane,


J'en dis que ce sont de sages et réfléchies decisions de la Cour Nigérienne et que c'est bien interessant qu'une telle sérénité se fasse aux portes du Bénin qui jadis, il n'y a pas si longtemps
que cela donnait des leçon de démocratie en Afrique francophone. C'est bien la preuve nos juges constitutionnels peuvent dire le vrai droit si ils le désirent vraiment.


N'oublions pas non plus que nous sommes dans un pays où on a vu le perdant à l'élection presidentielle débarquer chez son challenger pour le feliciter et lui souhaiter bonne chance...Que de
lecons à en tirer pour "so called " démocraties alentours....


 



MAP 04/04/2011 17:03



cher stéphane, votre intitulé est sans doute un clin d'oeil à un autre cas d'actualité, j'apprécie! Un juge n'est pas un devin, juste un juge, pourvu qu'il exerce les compétences à lui reconnues
et pas d'autres. si le climat de la paix était la preuve qu'un juge avait bien fait son travail, vous voyez vous même que plus personne ne regarderait le droit pour ce qu'il est. seul le climat
de paix importerait. regardons le droit dit pour voir s'il a été bien appliqué. rëvons tous d'un climat de paix, et vivons dans la paix. La paix sociale comme critère d'une bonne
décision? 



Classé

Rubriques